Livraison à domicile toujours disponible

Votre panier est vide

Les lessives en capsules peuvent-elles être écologiques ?

27 février 2020

Les lessives en capsules peuvent-elles être écologiques ?

Depuis leur arrivée sur le marché en 2013, les lessives en capsules ne cessent de séduire de plus en plus de personnes.

Pratiques et rapides à utiliser, d’accord, plus esthétiques que les lessives liquides, c’est discutable... Mais peuvent-elles être réellement écologiques quand on voit de quels ingrédients elles sont composées ?

Dur dur de s’y retrouver pendant les courses, quand on a des dizaines de propositions ! Eh oui, dans le rayon lessive, face à vous et votre panier se dressent fièrement une multitude de marques et de formats de lessives aux promesses diverses « Ravive les couleurs de votre linge », « Efficacité exceptionnelle contre les taches », « Un résultat professionnel » … Au-delà de ces engagements, on trouve différents formats de lessives, dont ces fameuses capsules, qui séduisent toujours plus de consommateurs.

En effet, on note, qu’en 2016,les lessives en capsules représentaient presque ¼ des achats dans ce rayon ! Les chiffres sont d’ailleurs en progression depuis plusieurs années.

Mais alors, qui sont-elles, exactement, ces lessives en capsules ?

Les lessives en capsules : c’est vrai qu’elles sont pratiques…

Les lessives en capsules, c’est le format qui a le vent en poupe depuis quelques années. Pratiques, modernes, et souvent jolies (des petits berlingots de couleur vive), ces petites capsules qui proposent de la lessive en mono-dose, bi-dose, parfois même tri-dose (rien que ça !), et qui vous facilitent la tâche : on met le linge dans la machine, on lance une capsule, et hop, c’est parti !

Mais comment ça marche, au juste ? Une fois le couvercle ou hublot de votre machine fermé et la danse du lavage commencée, la capsule, va, au contact de l’eau, se dissoudre pour libérer la lessive contenue à l’intérieur. C’est ce que l’on appelle une membrane hydrosoluble.

Cela paraît être la solution miracle : pas de dosage, pas de lessive sur les mains, juste une petite capsule à lancer dans le tambour, bref, c’est un peu à l’image de ce qui marche dans notre société : le plus rapide possible… Après les fast-food et le fast-fashion : le fast-ménage ? 

capsules lessive

… Mais les lessives en capsules ne sont pas du tout écologiques 

Enfin, elles nous font nous questionner, et pas qu’un peu. La grande question que l’on se pose face à ces dosettes, c’est bien : de quoi sont-elles faites exactement ? Cette membrane hydrosoluble se dissout dans l’eau, certes, mais que laisse-t-elle derrière elle ?

En effet, la première question que posent ces capsules est la composition de cette fameuse membrane hydrosoluble, généralement constituée d’alcool polyvinylique, ou PVOH.

Derrière ce nom barbare se cache un composé sur lequel on connaît finalement que peu de chose. On sait qu’il est utilisé dans la fabrication de colles, ou bien de peinture, ou encore comme agent de démoulage.

Toutefois, lorsque l’on cherche à en savoir plus sur son côté écologique, ça se corse ! Il semblerait que le PVOH soit en partie biodégradable, mais certains experts affirment que celui-ci pourrait être toxique pour les milieux aquatiques, à cause d’un non-traitement ciblé du PVOH en station d’épuration…

En conclusion, il y a un vrai manque de transparence sur les compositions des membranes de ces capsules de lessive, ainsi que sur leur réel impact sur l’environnement et notre santé.

Second problème : la composition de la lessive en elle-même n’est jamais glorieuse dans ces formats. Pour respecter leur promesse d’un lavage parfait avec une seule dosette, les fabricants concentrent trois fois plus de tensioactifs dans ces formats que dans une lessive liquide classique.

Petit tour parmi tous ces indésirables contenus dans les capsules, pods ou berlingots de lessive :

  1. Le polyéthylène glycol ou encore PEG, utilisé comme agent moussant et épaississant. Composé de synthèse issu de la pétrochimie, il peut à la fois être irritant pour notre peau, hautement polluant pour la faune et la flore marines - là où nos eaux usées se déversent -, mais son processus de fabrication est lui aussi connu pour être l’un des plus polluants du marché des détergents, rejetant des déchets chimiques éco-toxiques se diffusant facilement dans le milieu aquatique.
  2. Les tensioactifs sulfatés, aussi très irritants pour notre peau, ils peuvent aussi être issus de la pétrochimie.
  3. Les azurants optiques : en plus d'être difficilement biodégradables, ils ne servent qu'à vous donner cette apparence plus blanc que blanc , complètement trompeuse et non nécessaire !
  4. Les parfums de synthèse : des parfums qui vous vendent un voyage exotique ou une brise marine, souvent ultra dosés donc mauvais pour votre peau, et vos vêtements.
  5. Les colorants : pour attirer votre oeil et faire ressembler ces capsules à des bonbons ( d'où le message de prévention tenir hors de portée des enfants) on les rend bleus, verts, jaunes.

Soit tout ce que vous ne trouverez pas chez nous ;) 

Notre composition sur nos fiches produits juste ici :https://lespetitsbidons.fr/collections/tous-les-produits/products/eucalyptus 

En conclusion, à moins d’inventer un jour une membrane complètement biodégradable et inoffensive pour l’environnement, et de développer une lessive à l’intérieur naturelle et biodégradable elle aussi, les lessives en capsules resteront pratiques, certes, mais très peu écologiques. 

Pour aller plus loin, penchons-nous sur la consommation de ces formats. Une de leurs autres limites, c’est notamment le fait que vous ne pouvez pas contrôler la dose de lessive que vous allez mettre dans votre machine. De fait, que vous laviez que quelques bodies du petit dernier ou que ce soit le jour du lavage des draps, housses et taies d’oreillers, vous mettrez la même capsule, soit la même quantité de lessive. Tout cela produit un gaspillage de lessive, vu que vous ne pouvez pas agir au cas par cas.

Qui dit gaspillage dit lessive rachetée plus rapidement, et qui dit lessive rachetée plus rapidement dit demande de production aux industriels… Et donc : pollution inutile.

Le dernier vilain secret des lessives en capsules… Leur prix ! 

Mais ça n’est pas tout. Sachez tout d’abord quel’association 60 millions de consommateurs a prouvé que si l’on ramène le prix des lessives en capsules au prix par lavage ; celui-ci vous coûtera plus cher qu’un lavage avec une lessive liquide, qui, elle, vous permet de contrôler la juste dose de lessive à utiliser (surtout si vous aveznotre ultime doseur !). En résumé, on vous fait surpayer la praticité du format et son « gain de temps », alors qu’au final, ce format coûte bien moins cher à produire, mais leur assure un maximum de rendement.

campagne ocde danger capsule lessive

Enfin, n’oubliez pas que les lessives en capsules sont dangereuses pour les enfants, car elles leurs sont très attrayantes : de belles couleurs vives dans ce qui paraît être un paquet de bonbon individuel… Attention danger ! L’OCDE et le gouvernement de différents pays (dont la France) en ont même faitune campagne de sensibilisation à ce propos, les accidents domestiques étant plus nombreux avec ces formats de lessives.

Bref, vous l’aurez compris, avec tout ça, on ne peut pas dire que les lessives en capsule pourront un jour être vraiment écolos, ou du moins, un peu plus réglos.