-20% sur le 1er mois d'abonnement : ABO20       

Votre panier est vide

Les femmes sont-elles plus écolos que les hommes ?

05 mars 2021

Les femmes sont-elles plus écolos que les hommes ?

Des études récentes montrent que les femmes sont en général plus sensibles aux questions écologiques que les hommes. Mais pourquoi ? Les convictions écologiques sont-elles vraiment l’apanage des femmes ? 

Les femmes seraient-elles plus engagées sur les sujets sociaux que les hommes ? Il semble que la réponse soit oui, surtout en matière d’écologie.

Une étude chez Mintel, un cabinet d’études indépendant britannique, démontre en effet que 71% des femmes essaient aujourd’hui de vivre de façon plus éthique, contre seulement 59% des hommes.

Ce gouffre écologique de genre («eco gender gap » en version originale) s’explique notamment par les stéréotypes de genre, car prendre soin des autres, et par extension de la planète, est considéré comme une mission qui incombe aux femmes...


Charge mentale, charge morale : ce qui pèse sur les épaules des femmes

Dans une vidéo publiée début 2020, la YouTubeuse Coline parlait du fait « qu’elle en ait marre d’être écolo ». Dans  ses confidences face-caméra, la jeune maman a notamment fait le constat que si, dans son foyer, son compagnon était d’accord avec toutes ses décisions écologiques (manger vegan, faire un compost....) ce n’était jamais lui qui en était à l’origine.

Coline va donc faire une analyse très juste : la charge morale, celle de porter les convictions des personnes du foyer et leur mise en pratique, pèse autant sur les épaules des femmes que la charge mentale.

Pour rappel, la charge mentale, c’est cette analyse d’études des genres, apparue dans les années 80 et re-popularisée par l’illustratrice Emma dans son livre «Fallait demander » en 2017, qui montre que ce sont les femmes qui pensent aux différentes tâches à organiser et à exécuter dans le foyer, qu’elles les concernent, qu’elles concernent les enfants, ou même leurs conjoints.

Et dans les couples engagés écologiquement il semblerait que le même schéma se produise : les prises de décisions, (exemple : manger moins de viande, choisir des  produits ménagers écologiques, réduire ses déchets…) sont prises quasiment unilatéralement par les femmes, et les hommes suivent.

Mais également, la culpabilité de « mal faire », de ne pas faire assez ou de sortir du sentier écologique le temps de faire une pause dans les couches lavables pèse surtout sur les épaules des femmes.

Vous êtes sceptique ? Observez votre entourage, vos amis, votre famille et vos connaissances, et même les personnes que vous croisez au supermarché bio : qui parmi ceux-ci prennent les décisions de manger bio et de saison, de faire les courses avec un sac en toile réutilisable, de passer aux  produits ménagers maison ? S’il y a des vegans et végétarien-nes dans votre entourage, quel genre est le plus concerné ? 

Vous ferez vite le constat que les femmes sont majoritaires dans ces prises de décisions écologiques.

 vrac

Pourquoi les femmes sont-elles plus concernées par la question écologique ?

Ce que l’on peut noter en premier lieu, c’est que dans notre société, ce sont les femmes qui sont élevées pour prendre soin des autres, en étant élevées en vue d’être « une bonne mère » : par exemple, il est normal qu’une femme laisse tomber sa carrière pour prendre soin de sa famille, alors que c’est vu comme étant « exceptionnel » chez les hommes.

Les filles et les femmes sont conditionnées pour être douces, gentilles, empathiques, là où les hommes sont élevés pour être forts, durs, et ambitieux. Le fait de se soucier de la planète et de son sort est donc souvent plus « naturellement » pris en compte par la gent féminine. Rien de naturel là dedans, surtout beaucoup de construction sociétale : les hommes ne sont en rien incapables d’empathie, c’est seulement qu’ils ont moins été conditionnés à l’être, en tout cas cela s’agit moins d’un réflexe que chez les femmes !

Aussi, si les femmes sont plus conscientes de la question écologique, c’est aussi parce que la question les concernent un peu plus directement que les hommes. En effet, les femmes sont de plus grandes consommatrices de produits d’hygiène, de produits de beauté, de vêtements, mais également considérées comme responsables du foyer (encore cette charge mentale !), et donc en charge des courses.

La gent féminine se sent donc directement concernée par la question écologique, car à l’origine de plus de déchets, comme ceux dus aux protections hygiéniques, un élément incompressible de la vie d’une femme, mais également de ceux dus à la cosmétique ou à l’habillement, découlant des injonctions à la beauté et au style qui pèse aussi sur les femmes.



Mais alors, pourquoi y-a-t-il plus d’hommes engagés en écologie politique que de femmes ?

Vous pourrez nous dire que l’on se fourvoie dans cet article car la plupart des grands acteurs politiques en écologie sont des hommes. Certes, c’est vrai, mais cela ne serait-il pas dû au fait que les femmes soient sous-représentées dans la politique ?

Moins poussées à de grandes carrières, et surtout à des carrières d’opinions exposées, les femmes sont en effet plus rares à prendre position — écologiquement parlant ou non — et quand elles le font, sont bien plus souvent exposées à la critique que leurs comparses masculins. Il y a de quoi être découragée...

Les hommes politiques ne sont pas plus écolos que leurs collègues féminins, ils sont simplement plus nombreux et plus représentés.


Alors, que peut-on faire pour rééquilibrer les balances ?

Ce n’est pas le tout de faire ces constats, il faut également agir pour rééquilibrer la balance. Mais comment ?

Eh bien de votre côté, messieurs, n’ayez pas honte de vos convictions, au contraire, revendiquez-les ! Vous avez de l’empathie, vous souhaitez aider à changer le monde et nos habitudes, qui a-t-il de mal à cela ?

Mesdames, continuez à sensibiliser votre entourage.

Et pour les parents de petits garçons, essayer de les sensibiliser dès le plus jeune âge aux questions écologiques, afin qu’ils développent un sens de l’empathie aussi accru que celui que l’on enseigne insidieusement aux petites filles.

N’oubliez pas : la communication et l’éducation, c’est la clef !


x